La petite histoire des marque-pages dans Mozilla

Quelques-uns s'étonnent parfois de la présence du terme marque-pages dans Mozilla et Firefox. Il ne sont pas nombreux mais désirent souvent se faire entendre. Comme l'explication n'est donnée nulle part cela conduit à des discussions récurrentes qui ne sont amusantes que pour qui n'y a pas participé plus d'une fois 😊.

Cette page présente la plupart des objections qui ont été soulevées dans le passé et tente d'y apporter une réponse, principalement destinée à ceux qui voudraient y voir des signets. Cependant, vous y trouverez d'autres informations générales sur le choix du terme et l'historique de la traduction de Mozilla qui peuvent également vous intéresser.

Question de place

D'aucuns auront constaté que marque-page est plus long que bookmark, terme anglais qu'il remplace. C'est tout à fait exact, il y a trois caractères en plus.

Marque-pages
12 caractères
Bookmarks : 9 caractères
Différence : +25%

Prenons maintenant d'autres menus voisins

Fichier
7 caractères
File : 4 caractères
Différence : +75%
Edition
7 caractères
Edit : 4 caractères
Différence : +75%
Aller à
7 caractères
Go : 2 caractères
Différence : +250%

Donc oui, le menu est élargi, mais proportionnellement pas de beaucoup, et de manière générale tout texte en français est plus long que son équivalent en anglais.

Mais le vrai gain de marque-page ne se situe pas là, il se situe au niveau des menus contextuels. En effet, marque-page est composé d'un verbe et d'un nom, on peut donc le conjuguer tout comme « to bookmark » en anglais (un lecteur nous a signalé qu'on pouvait dire « signoter », on n'arrive toujours pas à savoir si c'était une blague ou pas). Avantage même sur l'anglais, « page » est déjà dedans, on peut donc dire « marquer une page ».

Revenons donc aux chiffres, et voyons la différence avec « signet » :

Marquer cette page
18 caractères
Bookmark this page : 18 caractères
Différence : +0%
Ajouter cette page aux signets
30 caractères
Bookmark this page : 18 caractères
Différence : +66,6%

Question d'héritage

Dans Netscape, il y a signet, donc tout le monde est habitué à signet. D'ailleurs, la preuve, ça a été recopié dans le Grand Dictionnaire de l'OQLF, dans le Larousse et mon Petit Robert.

Tout le monde ? Demandez à vos connaissances s'il connaissent la définition de « signet » dans le monde informatique. Peu seront capables de vous répondre. Maintenant, demandez-leur s'ils voient ce qu'est une page sur Internet, vous aurez déjà beaucoup plus de résultats.

La seconde question à se poser c'est de savoir si Netscape est vraiment une référence. Certains l'ont sans doute un peu oublié, mais la version française de Netscape ne brillait pas vraiment par la qualité de sa traduction.

Mais il y a surtout la question du nombre de personnes qui y ont été exposées. Il est en réalité moins important que ceux qui ont été exposés à la version française de Mozilla. Marque-page y est en effet présent depuis le 25 février 2002, où il a été incorporé dans la version 0.9.8, première version à sortir officiellement en français depuis la M14 en mars 2000 (où il y avait quelque chose du genre « mémo Web »).

Marque-page a en outre été adopté pour Phoenix 0.5 (qui allait devenir le Firefox que tout le monde affectionne) dès sa première traduction en février 2003.

D'après les statistiques de notre hébergeur, les différentes versions de Mozilla en français ont été téléchargées plus de 900 000 fois (novembre 2004), et cela sans prendre en compte les téléchargements effectués depuis les serveurs de mozilla.org eux-mêmes.

Revenons à Netscape. L'époque où il était le plus répandu remonte à… 2000 ? Non, même pas, il n'en était même plus à 20% en janvier. L'époque d'un Netscape dominant remonte donc au mieux à 1999. À cette époque il y avait 140 millions d'utilisateurs sur le Web, dont disons la moitié (50%) utilisaient Netscape. On peut raisonnablement estimer qu'il y a aujourd'hui huit fois plus d'internautes, dont entre 6 et 8% utilisent Mozilla ou Firefox (novembre 2004).

En nombre absolu ça fait… à peu près la même chose, 70 millions d'utilisateurs. Mais évidemment ceux qui utilisaient Netscape en 1999 sont dans leur immense majorité passés à autre chose. Il reste en réalité moins d'1% des internautes sous Netscape, les autres utilisent déjà Mozilla et ses marque-pages… ou Internet Explorer et ses Favoris.

Aparté : Pourquoi pas des Favoris alors ? Tout le monde connaît les Favoris.

Parce que ce nom ne décrit absolument pas la réalité. Ce n'est pas parce qu'on marque un site pour s'en souvenir qu'il s'agit d'un site que l'on affectionne particulièrement. La page affichant les horaires de transports en commun près de chez moi est loin d'être ma préférée, pourtant j'en ai besoin régulièrement.

Question d'étymologie

Marque-page n'est pas un néologisme inventé pour la circonstance par l'équipe de traduction de Mozilla. Ce n'est pas non plus une traduction littérale de bookmark, une traduction littérale serait marque de livre.

Il s'agit bel et bien d'un mot français, figurant dans le Petit Larousse. Les puristes diront ici que le Larousse n'est pas plus une référence en ce qui concerne la langue française que leur bottin téléphonique. Je ne suis pas vraiment d'accord sur ce point mais admettons.

On remarquera alors que marque-page est également présent dans le Robert depuis plus d'une décennie (sa présence est attestée depuis au moins 1993), soit plus longtemps qu'Internet lui-même.

On notera encore cette référence amusante dans le jargon français  En français, on doit dire marque-page pour traduire bookmark, mais personne ne le fait, lui préférant le syn. signet. Eh bien si, nous on le fait 😊.

Question d'esthétique

David Bellot, fondateur et responsable du projet en 2002 n'aimait pas du tout la sonorité de « signet ». D'autres n'aimeront pas celle de « marque-page », c'est inévitable. Je crois qu'on ne peut rien faire contre ça. Des goûts et des couleurs…

Conclusion

Il n'y a pas d'argument significatif démontrant qu'une autre traduction (a priori, signet) serait meilleure que « marque-page ». Marque-page est un choix réfléchi, fruit d'un long débat, et a été également adopté par l'équipe de Sun chargée de la localisation d'OpenOffice.org, équipe qui comporte en son sein des traducteurs professionnels.

Il n'y a donc pas (plus) de raisons de changer à ce stade, la continuité de la terminologie dans la famille Mozilla étant à nos yeux plus importante que de vouloir récupérer un héritage de Netscape qui n'éveille rien chez les nouveaux utilisateurs. Ce choix est aussi devenu au fil du temps une marque de fabrique de l'équipe, voire de Mozilla/Firefox tout entier et d'aucuns parmi nous lui accordent une certaine valeur sentimentale.

S'il vous choque au premier abord, et nous reconnaissons que ça puisse être le cas chez certains vieux routiers de l'informatique, retenez-vous d'en discuter immédiatement et revenez voir cette page dans quelques semaines ou quelques mois lorsque vous aurez utilisé quotidiennement les logiciels et les aurez fait découvrir autour de vous, et si vraiment ça ne passe pas, écrivez-nous. On peut toujours en discuter, mais en connaissance de cause.